En création, récit, Tout public

BOOMERANG

Homo homini lupus

L’homme est un loup pour l’homme

Ecriture et interprétation : Prunelle Giordano // Accompagnement artistique : Kamel Guennoun //
Tout public à partir de 12 ans // durée 1 heure //

L’histoire

Des sommets enneigés, une forêt, une vallée, un lac calme comme un miroir. Ici vit Serge, dans l’une des maisons du nouveau lotissement bordant le lac. 110 m2, tout confort, grandes baies vitrées donnant sur un panorama majestueux : le luxe !
L’inondation : un quartier rasé, des vies dévastées, Serge se réfugie chez son frère Sylvain. Celui-ci vit seul à l’écart du village dans une belle maison en bois au coeur de la forêt.
L’incendie : une vie partie en fumée… Serge et Sylvain n’ont d’autres solutions que de se rendre chez leur frère, Simon avec qui ils sont brouillés depuis plusieurs années. Leur retrouvaille dans la maison en paille de Simon deviendra le lieu de leur remise en question pour se reconstruire, à l’écart des injonctions à la virilité et à la réussite.
On croisera aussi dans cette histoire, une déesse, une louve, un fantôme et beaucoup de certitudes balayées par les eaux et les incendies d’un monde en transformation dans lequel les loups s’adaptent aussi.


Une maison en brique, une maison en bois, une maison en paille…
Il s’agit bien d’un des motifs vedettes du conte traditionnel que ce spectacle revisite avec cette foi-ci, le parcours de trois hommes dans un monde en mutation.

Note d’intention

Début octobre 2020 la tempête Alex balaye la France, dévastant sur son passage les vallées de la Vesubie et de la Roya.
« Les dégâts sont encore énormes, les gens sont toujours sous le choc, beaucoup se sentent abandonnés par les pouvoirs publics et certains pensent à partir car ils ne voient pas quel avenir construire ici »
Propos d’une enseignante de la vallée de la Roya, novembre 2020

Australie, Californie, Brésil, Argentine, les mégafeux détruisent des milliers d’hectares de forêts depuis quelques années.
« Une étude du WWF et du Boston Consulting Group (BCG), parue en août 2020, montre que le nombre d’incendies de forêt dans le monde a augmenté de 13 % au cours du premier trimestre 2020 par rapport à 2019, qui était déjà une année record. Ce n’est pas un phénomène linéaire, mais leur occurrence s’accélère de façon évidente. »
Jean-Baptiste Filippi, chercheur au CNRS.

En septembre 2002, lors du Sommet sur la Terre de Johannesburg, Jacques Chirac (Président de la République de 1995 à 2007) prononce un discours alarmiste sur le climat, avec, en l’occurrence cette phrase, devenue célèbre : “ Notre maison brûle et nous regardons ailleurs…”

Notre maison brûle et en plus d’avoir craqué l’allumette, chaque jour, nous alimentons le feu. L’Homme détruit son habitat. L’homme est un loup pour l’homme. Un loup féroce et sauvage. Une nature sauvage, que nous tentons de maîtriser. Maîtriser notre nature, nos pulsions, nos émotions quand nous sommes dévorés par les flammes de nos colères et débordés par nos larmes.

En partant de l’histoire de Serge, de la destruction de sa maison par l’eau, je souhaitais aborder notre rapport à la nature qui est pensé dans nos sociétés occidentales comme en dehors de nous. Les Hommes séparés du reste du vivant : l’Homme et la Nature. Puis il a été question de la psychologie du personnage : la nature de cet homme. De là, j’ai eu l’idée de développer ce récit en revisitant le conte des trois petits cochons, trois frères, trois maisons et trois façons de bâtir leur intériorité bien qu’ils soient tout les trois issus de la même mère et d’un père absent.

Le récit se déroule sur deux niveaux, au niveau de la cité et des choix politiques face aux enjeux écologiques ainsi qu’au niveau émotionnel et personnel de chacun des personnages. La façon dont nous nous construisons en tant qu’individu, de quoi est constituée notre maison.
L’affirmation de soi, thème central du conte des trois petits cochons.


Actuellement, dans nos sociétés occidentales nous observons un changement des relations hommes/femmes liés aux luttes des femmes contre le patriarcat régnant depuis plusieurs siècles. Cette remise en question de notre relation aux hommes, vient questionner notre
éducation du masculin et du féminin.
Qu’est-ce qu’être un homme ?
Les hommes sont actuellement tiraillés par des injonctions contradictoires, trouver leur féminité, trouver leur place de père, prendre une place au sein du foyer par le partage des tâches tout en réussissant leur parcours professionnel. Être un mâle Alpha, un chef de meute, garder le pouvoir, être viril, être puissant. Il n’y a qu’a faire un tour du côté des publicités, un homme viril pour vendre du café corsé quand les femmes vendent des yaourts “Perles de lait” doux et nourrissants…


La restructuration des relations hommes/femmes génère des pertes de repères, sources de peurs au point que l’on voit des hommes en politique et dans les médias réactiver des propos misogynes, masculinistes.
Anti-féminsites, climatosceptiques, ce sont des courants de pensée que j’associe à la peur du changement, de la remise en cause des pouvoirs. Les puissants voient vaciller leur monde. Leur récit, qu’ils appellent LA réalité, se fissure alors que des courants de pensée écoféministes, développés dès les années 70, commencent à émerger auprès des jeunes générations.


Je pars explorer ce bouleversement du féminin/masculin dans BOOMERANG, au travers du parcours de ces trois frères, Serge, Sylvain et Simon, de leur relation à leur mère et plus généralement du BOOM climatique engendré par nos choix de société.
Prunelle Giordano

Parcours de création

Novembre 2021 : Résidence au Pays basque, accompagnée par Kamel Guennoun
Mars 2022 : Résidence chez Sabrina Chezeau, accompagnée par Kamel Guennoun
Octobre 2022 : Résidence à la MOP de Capbreton, accompagnée par Kamel Guennoun
Première date prévue le 8 mars 2023 à la BAM! de Malakoff dans le cadre de la programmation CONTES et RENCONT’ES.